http://almashareq.com/fr/articles/cnmi_am/features/2018/04/12/feature-01

Terrorisme |

2018-04-12

Les explosifs déployés au Yémen sont liés à l'Iran


Détail à la loupe d'une partie du système de guidage d'un missile balistique iranien Qiam, exposé après que l'ambassadrice des États-Unis Nikki Haley a dévoilé des informations jusqu'ici secrètes, prouvant que l'Iran a enfreint la Résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies en fournissant des armes aux Houthis du Yémen, le 14 décembre 2017. [Jim Watson/AFP]
Détail à la loupe d'une partie du système de guidage d'un missile balistique iranien Qiam, exposé après que l'ambassadrice des États-Unis Nikki Haley a dévoilé des informations jusqu'ici secrètes, prouvant que l'Iran a enfreint la Résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies en fournissant des armes aux Houthis du Yémen, le 14 décembre 2017. [Jim Watson/AFP]

Les forces de la coalition arabe récupèrent de plus en plus de bombes dissimulées comme des pierres dans plusieurs lieux au Yémen, selon un groupe de suivi d'armes qui a pu faire remonter ces engins en Iran.

Dans un rapport publié en mars, Conflict Armament Research, qui identifie et suit les armes et munitions conventionnelles dans les conflits armés contemporains, a fait savoir que ces engins ressemblent fortement à d'autres, récupérés en Irak et au Liban.

Les engins récupérés en Irak et au Liban avaient déjà été liés par analyse à l'Iran, a précisé le rapport, soulignant que ceux qui ont été trouvés au Yémen présentent une conception et une construction similaires.

Classées comme engins explosifs improvisés radiocommandés (EEIR), ces bombes sont armées par des signaux radio et déclenchées avec des détonateurs infrarouges passifs.

Elles sont en général cachées dans des pierres artificielles.

« Une construction identique, et l'utilisation de composants annotés à la main et comportant un numéro de série, suggèrent que les kits électroniques utilisés dans les EEIR ont été fabriqués à la chaîne et peut-être dans le même atelier », a indiqué le rapport.

« L'Iran utilise des composants identiques dans plusieurs systèmes d'armement improvisés, qu'il fournit clandestinement à des groupes au Yémen et à Bahreïn. »

Afflux de nouvelles technologies

Les Houthis (Ansarallah), soutenus par l'Iran, ont utilisé des engins explosifs improvisés (EEI) en grandes quantités contre les forces de la coalition arabe pendant tout le conflit actuel au Yémen.

« Bien que la plupart de ces engins soient de conception rudimentaire, le nombre d'EEI plus sophistiqués au Yémen a augmenté, ce qui prouve un récent afflux de technologie », a affirmé le rapport.

Entre avril 2017 et février 2018, des équipes d'enquêteurs de CAR ont mené six missions au Yémen pour documenter les armes et les EEI saisis aux Houthis.

Ces équipes ont documenté des dizaines d'EEI cachés dans des pierres artificielles récupérés par les forces de la coalition arabe le long de routes reliant al-Mokha à Dhubab, al-Mokha à Taez, et al-Mokha à Khokha, a indiqué CAR.

Plusieurs sources d'informations suggèrent que l'Iran a orchestré le transfert de technologies et de matériel aux Houthis au Yémen pour aider à la fabrication d'EEIR, a conclu le rapport.

« Des mines camouflées, construites avec une expertise non conventionnelle, sont l'une des techniques destructives que l'Iran a introduites dans le paysage enflammé du Yémen », a déclaré à Al-Mashareq le chercheur Yassin al-Tamimi.

Il a indiqué que les conclusions du rapport de CAR sont « une preuve parmi beaucoup d'autres » que les Houthis font partie de la tentative de l'Iran d'exporter sa révolution islamique vers les pays de la région.

Le rapport a trouvé des preuves suggérant que l'aide iranienne aux Houthis a commencé dès 2013, révélant que les matériels documentés par CAR sont identiques aux composants saisis précédemment à bord du Jihan 1.

Les forces yéménites avaient saisi le Jihan 1, un bateau de transport chargé d'armes, dans le golfe d'Aden en janvier 2013, et les forces internationales ont intercepté des cargaisons d'armes de l'Iran vers le Yémen au moins à quatre reprises.

Danger pour les civils

Les Houthis ont utilisé des armes fournies par l'Iran pour tuer des milliers de civils et de militaires au Yémen, a fait savoir al-Tamimi.

« De nombreuses preuves indiquent que l'Iran fournit aux Houthis des armes de qualité qui améliorent leurs capacités à menacer la sécurité régionale », a déclaré à Al-Mashareq le politologue Waddah al-Jalil.

« Ces bombes ont sans nul doute été fournies aux Houthis par l'Iran, car c'est la seule partie qui approvisionne les Houthis en armes et leur fournit de l'aide », a-t-il affirmé.

« Ces bombes sont très dangereuses pour les civils, car elles sont camouflées et ne peuvent pas être distinguées de ce qui les entoure », a-t-il expliqué.

Il est important que les Yéménites et les organisations internationales documentent « les incidents d'explosion de mines, qu'ils dressent une liste des victimes et qu'ils apportent une aide et un soutien à leurs familles », a-t-il déclaré.

Toutes les ressources nécessaires pour retirer ces mines et épargner ces dangers aux civils doivent être fournies, a ajouté al-Jalil.

Experts iraniens au Yémen

« L'utilisation de ces armes prolonge la guerre et augmente le nombre de victimes », a déclaré à Al-Mashareq le directeur du Centre Abaad, Abdoulsalam Mohammed.

Beaucoup des victimes sont des civils, a-t-il poursuivi, parmi lesquels des enfants, qui ont été tués ou ont été handicapés par l'explosion de ces engins camouflés.

Il est de notoriété publique que l'Iran fournit un soutien logistique et militaire aux Houthis dans le cadre de son projet sectaire pour la région, a indiqué Mohammed.

« Depuis un certain temps, l'Iran fait passer illégalement des pièces d'armement, des composants de missiles et des explosifs en utilisant des routes de contrebande connues », a-t-il précisé.

Des experts iraniens travaillent au Yémen sur le développement d'armes conventionnelles et l'assemblage de composants de missiles passés en contrebande, a-t-il poursuivi.

L'Iran a également envoyé des experts iraniens et du Hezbollah pour moderniser de vieux missiles balistiques et assembler les nouveaux missiles qui arrivent illégalement, a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

Al icons no 9

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha