Sécurité |
2018-03-26

Les forces saoudiennes interceptent des missiles tirés du Yémen

Les soldats et la police saoudiens ont inspecté dimanche soir 25 mars une zone de Riyad où des éclats d'obus tirés d'un des sept missiles tirés depuis le territoire yéménite par les Houthis ont atterri. [Photo diffusée sur les médias sociaux]

Les forces saoudiennes ont annoncé dimanche soir 25 mars avoir intercepté sept missiles tirés du Yémen par les Houthis (Ansarullah), soutenu par l'Iran.

Un civil égyptien a été tué par des éclats d'obus à Riyad, tandis que deux autres, égyptiens également, ont été blessés dans l'attaque, ont indiqué les autorités saoudiennes.

Les Houthis ont confirmé qu'ils avaient lancé l'attaque via la télévision Al-Masirah, l'aéroport international King Khalid de Riyad figurant parmi les cibles annoncées.

Trois missiles ont été dirigés vers Riyad, un à Khamis Mushayt, un à Najran et deux sur Jazan, et tous ont été interceptés par les forces aériennes royales saoudiennes, selon l'agence de presse saoudienne.

Les attaques ont eu lieu juste avant le troisième anniversaire de la guerre du Yémen.

Des milliers de partisans des Houthis ont envahi lundi les rues de Sanaa, avec des affiches portant des photos du dirigeant houthi Abdoulmalik al-Houthi.

Des orateurs ont fustigé un discours enflammé de Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah libanais et un allié des Houthis.

Soutien iranien condamné

"Cette action agressive et hostile du groupe Houthi soutenu par l'Iran prouve que le régime iranien continue de soutenir le groupe armé avec des capacités militaires", a déclaré le porte-parole de la coalition arabe, Turki al-Malki.

La Grande-Bretagne a exhorté lundi l'Iran à "cesser d'envoyer des armes qui prolongent le conflit, attisent les tensions régionales et menacent la paix et la sécurité internationales".

Par ailleurs, le gouvernement légitime du président yéménite, Abd Rabbou Mansour Hadi, a publié lundi une déclaration qualifiant les attaques contre l'Arabie saoudite de "rejet ouvert de la paix".

"Le nouveau pilonnage reflète la criminalité des Houthis, qui sont financés par le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI)", a déclaré le lieutenant-colonel Jamal al-Nukhaifi de la police saoudienne à Al-Mashareq.

Les sept missiles ont été détruits dans le ciel par un système antimissile, a-t-il dit, ajoutant que l'homme qui est mort à Riyad était un travailleur migrant égyptien qui a été touché par des éclats d'obus tombés sur la maison où il vivait.

Deux autres personnes qui étaient avec lui, également des ressortissants égyptiens, ont été emmenés à l'hôpital pour y être soignés par la défense civile saoudienne, a-t-il ajouté.

L'attaque a suscité une réaction populaire immédiate sur les médias sociaux, avec des photos et des vidéos du bombardement déclenchant une large condamnation et appelant à une activité militaire contre les Houthis du Yémen, a poursuivi al-Nukhaifi.

Aimez-vous cet article?

Al icons no 80
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha

Di blue bubble 2 COMMENTAIRE (S)

بريد | 2018-04-04

Vous ne pouvez pas soumettre un groupe de rebelles houthis bien que vous ayez l'Amérique et des milliards de dollars et que vous meniez une alliance arabo-islamique contre eux! Regardez comment la Turquie a fait avec les Kurdes, elle est entrée à Afrin pour mettre fin à leurs rêves. Jusqu'à quand allez-vous continuer à intercepter les missiles qui vous ont intimidé ?! Trouver une solution: soit que vous faites la paix avec eux ou vous entrez dans leurs forteresses et vous mettez fin à ces missiles.

Répondre
ﺧﻴﺮﺍﻟﻠﻪ | 2018-03-27

Bien.

Répondre