Religion |
2018-03-02

Un prêtre koweïtien trouve son acceptation dans un émirat du Golfe

Le révérend Emmanuel Gharib, président de l'Eglise évangélique nationale du Koweït et pasteur de l'Eglise presbytérienne koweïtienne, arrive à l'Eglise évangélique nationale du Koweït le 20 février. [Yasser al-Zayyat / AFP]

Vêtu d'une coiffe traditionnelle blanche du Golfe et de deux croix rouges brodées sur sa robe cléricale noire, le premier prêtre du Koweït fait une figure unique dans l'émirat majoritairement musulman.

Le Révérend Emmanuel Benjamin Jacob Gharib, 68 ans, célèbre à la fois la Bible et la culture arabe du Golfe avec sa congrégation chrétienne à Koweït City.

Gharib, qui célèbrera bientôt le 20ème anniversaire de son ordination, a souligné le niveau d'acceptation qu'il a ressenti de la part de ses compatriotes koweïtiens.

Le Révérend Emmanuel Gharib lit la Bible à l'église évangélique nationale du Koweït le 20 février. Gharib est devenu le premier prêtre arabe du Golfe après son ordination en 1999. [Yasser al-Zayyat / AFP]

"Tout le monde m'accueille partout où je vais", a-t-il dit.

Né dans la région de Qibla à Koweït City, Gharib a été élevé dans une famille chrétienne pieuse et entouré de voisins principalement musulmans.

Comme beaucoup de Koweïtiens chrétiens, ses racines se trouvent ailleurs au Moyen-Orient.

Son père est né dans une famille assyrienne du sud-est de la Turquie, qui a fui en Irak en raison du ciblage des minorités chrétiennes assyriennes sous la domination ottomane.

Plus tard, avec les anciennes villes ottomanes sous le choc de la Première Guerre mondiale, les parents de Gharib décident de construire leur avenir au Koweït.

'Un tournant'

Emmanuel Gharib a obtenu son diplôme d'ingénieur en géologie en 1971 et a rapidement trouvé un emploi au ministère koweïtien du pétrole.

Dix ans après le début de sa carrière, lui et sa femme ont participé à une conférence religieuse au Koweït.

"Ce fut un tournant", a-t-il dit.

Il quitte son emploi et s'embarque en 1989 pour un diplôme de théologie au séminaire théologique évangélique du Caire.

Il a été ordonné prêtre en 1999 et a ensuite été élu à la tête de l'Eglise évangélique nationale du Koweït, devenant ainsi le premier et seul prêtre arabe du Golfe.

Il est également vice-président du Conseil des relations islamo-chrétiennes au Koweït, qu'il a co-fondé en 2009.

'Un de nos propres'

L'anniversaire de l'ordination de Gharib l'année prochaine coïncidera avec le 85ème anniversaire de l'Eglise évangélique au Koweït.

Mais la présence des chrétiens au Koweït remonte au début des années 1900, a-t-il dit.

Au cours du siècle dernier, les chrétiens ont immigré de Turquie, d'Irak et de Palestine pendant les périodes de bouleversement, obtenant la citoyenneté en vertu d'une loi sur la nationalité de 1959, bien qu'une loi plus récente ait interdit la naturalisation aux non-musulmans.

Selon le dernier compte, dit Gharib, le Koweït a 264 chrétiens indigènes de huit familles étendues, sur une population indigène totale de 1.35 million.

La population chrétienne locale est éclipsée par 900 000 travailleurs expatriés de diverses dénominations chrétiennes et nationalités - des Libanais aux Philippins.

Contrairement à l'Arabie saoudite, qui interdit la construction d'églises, les chrétiens de différentes confessions sont "libres de pratiquer" dans plusieurs églises et la municipalité de Koweït City a fourni des terres pour enterrer leurs morts, a-t-il dit.

Les Koweïtiens chrétiens disent qu'ils ressentent un plus grand sentiment d'identification avec l'un des leurs en tant que prêtre.

"Un prêtre égyptien ou libanais accomplit la même liturgie, mais un prêtre koweïtien peut communiquer les enseignements de la Bible dans le dialecte koweïtien", a déclaré Abou Nader, un paroissien de 63 ans.

"Notre relation avec lui est très forte ... Il est l'un de nous", a déclaré Eyad Noman, 54 ans.

Aimez-vous cet article?

Al icons no 11
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha

Di blue bubble 1 COMMENTAIRE (S)

مينا تودروس | 2018-03-12

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur!

Répondre