Terrorisme |
2018-01-18

Al-Qaïda « ostracisé et indésirable » à Marib

Un membre de tribu yéménite des Comités populaires de résistance, qui soutiennent le président Abdrabbo Mansour Hadi, près du barrage de Marib le 28 septembre 2015. [Abdoullah Hassan/AFP]

Al-Qaïda a été contraint à se cacher dans la province yéménite de Marib, à l'est de Sanaa, alors que les tribus et la population locales rejettent catégoriquement le groupe, le tenant pour responsable de la pauvreté et de l'instabilité de la province, ont déclaré des habitants à Al-Mashareq.

« Al-Qaïda est associé aux meurtres, aux enlèvements et aux attentats à la bombe qui ont blessé les résidents de Marib, [a sali] sa grande Histoire, et a déformé l'islam », a rapporté Abdoulla Abou Nab, président de la Fédération de Marib du Syndicat des travailleurs.

Les attaques du groupe dans la province de Marib ont affecté de façon négative le secteur du tourisme, qui est l'une des principales sources de revenus de la province, a-t-il indiqué à Al-Mashareq.

Marib a depuis longtemps attiré les touristes avec ses nombreux sites culturels, dont le grand barrage de Marib et le temple de la reine de Saba (Balqis), a-t-il expliqué, mais les attaques du groupe contre des touristes ont dévasté cette industrie.

En 2007, un kamikaze suspecté d'al-Qaïda a foncé sa voiture sur un groupe de touristes espagnols à Marib, tuant sept Espagnols et deux Yéménites.

« Ces actions ont privé de nombreux individus et entreprises du tourisme du secteur de leur source de revenus », a déploré Abou Nab.

« Al-Qaïda opère actuellement en secret et clandestinement », a-t-il ajouté, appelant à son élimination définitive.

« ostracisé et indésirable »

« Al-Qaïda a recruté des jeunes, les a influencés idéologiquement et les a utilisés comme chair à canon pour ses opérations terroristes », a déclaré à Al-Mashareq Hadi al-Khashla, enseignant dans une école publique de Marib.

« Dans l'esprit des habitants de Marib, al-Qaïda est associé à la dévastation et la destruction », a-t-il fait savoir.

« Al-Qaïda n'a aucune présence physique visible à Marib, et si c'est le cas elle est secrète et clandestine, parce qu'il n'a pas de base populaire ou tribale », a expliqué Abdoul Wahab Buhaibeh, professionnel des médias et militant social à Marib.

C'est un groupe ostracisé et indésirable, a-t-il rapporté à Al-Mashareq, notant que les habitants de Marib sont opposés à al-Qaïda et les tribus locales bloquent son expansion.

« En ce qui concerne al-Qaïda, les Houthis (Ansarallah) ou toute autre milice fondée sur la violence, nous pensons la même chose que les citoyens du monde pensent des gangs criminels », a déclaré Buhaibeh.

« Nous les considérons comme un groupe d'ignorants égarés qui représentent un danger pour eux-mêmes et pour la société », a-t-il ajouté. « Nous espérons que les groupes terroristes de tous types soient éradiqués au Yémen. »

« Cependant, nous savons qu'ils ne peuvent pas être éradiqués uniquement grâce à des moyens de sécurité », a-t-il poursuivi, soulignant que les facteurs qui ont créé un environnement fertile pour ces groupes doivent être abordés.

Les facteurs les plus importants sont la pauvreté, la faim, la corruption, la guerre et l'ignorance, a-t-il détaillé, ajoutant que « tout cela existe au Yémen ».

« Le chômage est l'un des facteurs les plus importants qui grossissent les rangs des partisans des groupes terroristes, y compris al-Qaïda », a ajouté Buhaibeh.

Alliance contre les Houthis

La proximité de Marib avec Sanaa en a fait une zone de départ pour les opérations visant à libérer Sanaa des mains des Houthis, a fait savoir Buhaibeh.

« Cela a fait de Marib une destination pour tous les Yéménites qui attendent la phase suivant le coup d'État contre les Houthis », a-t-il déclaré, ajoutant que Marib est devenu le point de ralliement pour le rétablissement du gouvernement d'Abdrabbo Mansour Hadi.

De nombreux habitants de Marib se sont enrôlés dans les forces de l'armée et de la sécurité, a-t-il rapporté.

Le coup d'État monté par les Houthis a aggravé les souffrances des Yéménites et a créé un environnement fertile pour la prolifération des groupes terroristes, a-t-il fait remarquer.

« Ce coup d'État a causé l'effondrement de l'État et a interrompu le développement », a-t-il expliqué, notant que cela a mené à l'augmentation de la pauvreté, a privé les enfants d'éducation, et a chassé des millions de personnes de leur foyer.

Le terrorisme ne peut être éliminé que lorsque le gouvernement yéménite contrôle chaque partie du pays et restreint la possession d'armes, a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

Al icons no 18
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha