Terrorisme |

2018-01-11

L'influence de l'EIIS diminue au Sinaï alors qu'al-Qaïda se regroupe


Le 26 novembre, des Egyptiens assistent aux funérailles de Fethy Ismail, muezzin de la mosquée d'al-Rawda, qui est mort dans une attaque de « l'Etat islamique en Irak et en Syrie» près d'al-Arish, capitale de la province du Sinaï du Nord. [Mohamed el-Shahed/AFP]
Le 26 novembre, des Egyptiens assistent aux funérailles de Fethy Ismail, muezzin de la mosquée d'al-Rawda, qui est mort dans une attaque de « l'Etat islamique en Irak et en Syrie» près d'al-Arish, capitale de la province du Sinaï du Nord. [Mohamed el-Shahed/AFP]

Selon un groupe se faisant appeler Minbar Sinai (Chaire du Sinaï), plus de 40 éléments de « l'Etat islamique en Irak et en Syrie» (EIIS) présents au Sinaï se sont séparés du groupe pour rejoindre les rangs d'un affilié d'al-Qaïda.

Cette annonce, publiée le 1er janvier sur le service de messagerie instantanée Telegram, marque le début de la fin pour l'EIIS en Egypte, ont affirmé des observateurs.

Beaucoup d'entre eux ont déclaré à Al-Mashareq qu'ils attribuent le déclin du groupe au Sinaï à l'attaque mortelle contre une mosquée le 24 novembre dans le village d'al-Rawda, près de Bir al-Abed.

Cette attaque, qui a été attribuée à l'EIIS, bien que le groupe ne l'a pas revendiquée, a causé la mort de 305 personnes, dont 27 enfants, et a provoqué une condamnation globale, y compris de la part d'autres groupes extrémistes.

« Les idées et les instructions de l'EIIS sont devenues incompatibles avec l'idéologie d'extrémistes qui veulent prendre les armes », a déclaré le général de brigade Khaled Okasha, officier à la retraite siégeant au nouveau Conseil suprême pour la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme égyptien.

« Les jeunes membres de groupes armés ne sont pas intéressés par le concept de création d'un Etat islamique », a-t-il déclaré. « Ces jeunes pensent qu'il est très difficile de tenir des territoires en Irak, en Syrie et au Sinaï ».

Au vu des défaites et des pertes successives de l'EIIS, a poursuivi Okasha, il est devenu évident pour ses éléments qu'ils ne peuvent pas réaliser ce rêve d'établir un califat.

« Une grave erreur »

En prenant les armes contre des musulmans, comme ceux qui coopèrent avec l'armée égyptienne, le groupe a « repoussé » la population locale, a-t-il indiqué, et a entravé ses propres efforts de recrutement.

« L'attaque de la mosquée d'al-Rawda en particulier a été un tournant dans la lutte entre l'EIIS et al-Qaïda pour le recrutement d'éléments extrémistes », a fait savoir Okasha.

Avec cette attaque, l'EIIS a commis une grave erreur idéologique, a-t-il ajouté.

« Al-Qaïda est désormais conscient que la fin de l'EIIS est proche, et il a donc à nouveau propagé les messages de son émir, Mohammed al-Zawahiri, et a republié les écrits des terroristes d'al-Qaïda détenus dans les prisons égyptiennes », a-t-il indiqué.

Parmi ceux-ci se trouvent les textes de Mohammed Jamal al-Kashif, agent d'al-Qaïda et chef de la soi-disant cellule du quartier de Nasr City, qui a été emprisonné à plusieurs reprises pour terrorisme, et Tareq Abou al-Azm, lui aussi prisonnier et membre de cette cellule, a-t-il rapporté.

La plupart des éléments de l'EIIS ont déjà prêté serment à l'ancien leader d'al-Qaïda, Oussama ben Laden, et son successeur, Ayman al-Zawahiri, a-t-il expliqué, « et leur retour chez al-Qaïda est donc inévitable ».

Réintégrer les rangs d'al-Qaïda est intéressant pour ces combattants, car cela leur garantirait « un refuge sûr et un groupe au sein duquel ils peuvent agir, leur contact avec les leaders de l'EIIS en Syrie et en Irak ayant été coupé », a-t-il ajouté.

Guerre de l'information

Les efforts d'al-Qaïda pour discréditer Wilayat Sinai, affilié de l'EIIS, ont également pris la forme d'une guerre de l'information, a déclaré Okasha, notant qu'al-Qaïda a infiltré des espions au cœur de l'EIIS, et que ceux-ci ont réussi à dévoiler des informations et des secrets sur le groupe.

« Al-Qaïda a révélé le nom de Mohammed al-Saeed, l'émir du Diwan al-Hesba (« police religieuse ») de l'EIIS au Sinaï, qui a publié une fatwa cautionnant l'attaque contre la mosquée d'al-Rawda », a-t-il déclaré.

« Des éléments d'al-Qaïda ont également rapporté que des agents de l'EIIS avaient essayé de mettre en place une embuscade contre des membres de la tribu de Tiyaha, connue pour sa loyauté envers l'armée », a-t-il ajouté.

Al-Qaïda a aussi divulgué une conversation entre des chefs de l'EIIS se parlant par radio sans fil, et au cours de laquelle ils admettent être responsables de l'attaque d'al-Rawda, a-t-il indiqué.

En plus de la campagne de diffamation qui existe entre les deux groupes, des affrontements armés ont éclaté entre Jound al-Islam, affilié à al-Qaïda, et l'EIIS, a rapporté le général de division Mahmoud Zaher, expert en sécurité et stratégie.

Jound al-Islam a publié une vidéo montrant ses combattants tuant six éléments de l'EIIS, a-t-il indiqué, et a attaqué des combattants de l'EIIS dans le désert du Sinaï du Nord à plusieurs occasions.

« Ces divisions sont la preuve que la guerre entre al-Qaïda et l'EIIS dure depuis quelque temps, mais elle n'est visible que maintenant parce qu'al-Qaïda l'a intensifiée, étant devenu certain que la fin de l'EIIS est proche », a-t-il déclaré.

Apre rivalité

La bataille entre l'EIIS et al-Qaïda accélérera certainement la chute de l'EIIS, a affirmé Iman Ragab, du Centre Al-Ahram d'études politiques et stratégiques.

La plupart des groupes armés extrémistes en Egypte sont affiliés à al-Qaïda, a-t-elle déclaré à Al-Mashareq.

« Jound al-Islam, qui est affilié à al-Qaïda, a des capacités qui représentent une menace dans le Sinaï, et Ajnad Misr, également affilié au groupe, possède des éléments cachés à al-Wadi al-Gadid et dans les régions du delta, tout comme l'affilié d'al-Qaïda Ansar al-Islam dans le désert occidental », a-t-elle rapporté.

La plupart des éléments des nouveaux groupes d'al-Qaïda étaient à l'origine membres d'Ansar Bayt al-Maqdis, dont certains ont quitté le groupe après avoir juré fidélité à l'EIIS et l'ont rebaptisé Wilayat Sinai, a-t-elle poursuivi.

« Ces éléments agissaient sous le commandement de l'EIIS et connaissent donc beaucoup de choses sur sa façon de gérer ses affaires et ses sources d'armement, et même ses camps et ses repaires », a-t-elle indiqué.

Cette connaissance intime « leur permettra de mener plus facilement des opérations contre l'EIIS», a-t-elle affirmé.

Mais « l'EIIS ne cédera pas facilement aux attaques d'al-Qaïda, et la guerre entre eux les affaiblira donc tous les deux lorsqu'ils subiront des pertes en hommes, en armes et en argent », a déclaré Ragab.

Aimez-vous cet article?

Al icons no 31
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha

Di blue bubble 2 COMMENTAIRE (S)

عبدالمنعم نوار | 2018-01-25

Cet article est complet. J'espère que tous les sujets seront couverts aussi clairement que celui-ci.

Répondre
محمد علي فهيم | 2018-01-19

Merci!

Répondre