Risque de déstabilisation, alors que l'Iran sécurise le couloir Téhéran-Beyrouth


Un poste avancé dans le désert du côté syrien de la frontière avec l'Irak. Les Gardiens de la révolution islamique tentent de contrôler les points stratégiques comme celui-ci afin de disposer d'un couloir ininterrompu entre Téhéran et Beyrouth. [Louai Beshara/AFP]

Un poste avancé dans le désert du côté syrien de la frontière avec l'Irak. Les Gardiens de la révolution islamique tentent de contrôler les points stratégiques comme celui-ci afin de disposer d'un couloir ininterrompu entre Téhéran et Beyrouth. [Louai Beshara/AFP]

  • COMMENTAIRE

    9

  • Imprimer cet article
  • Augmenter Réduire

Les ambitions régionales de l'Iran telles qu'elles apparaissent au travers des agissements de son Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) semblent prévoir la mise en place d'un couloir terrestre reliant Téhéran à la Méditerranée en passant par l'Irak, la Syrie et le Liban, indiquent des experts.

La sécurisation d'une voie terrestre traversant la région permettrait de faire passer librement des armes et des combattants affiliés au CGRI dans les zones que l'Iran cherche à contrôler, ce qui étendrait son influence dans la région, ont expliqué plusieurs politologues à Al-Mashareq.

Si ce plan réussit, ont-ils mis en garde, la région sera confrontée à une déstabilisation encore plus grande du fait de l'arrivée d'armes et du renforcement d'un réseau affilié au CGRI pouvant potentiellement fomenter d'importants troubles sectaires.

« C'est un rêve que le CGRI a cherché – et cherche toujours – à atteindre », a précisé Fathi al-Sayed, chercheur au Centre Al-Sharq d'études régionales et stratégiques, spécialiste des questions iraniennes.

Le but de ce couloir terrestre serait d'imposer une hégémonie militaire et politique sur l'Irak, la Syrie et le Liban, a-t-il expliqué à Al-Mashareq.

Ceci aurait indubitablement pour effet de créer davantage de troubles et de conflits dans la région, a-t-il déclaré, si l'on considère l'opposition à la présence iranienne manifestée par diverses entités politiques.

Ce plan doit être contrecarré, a-t-il ajouté, car les conséquences d'une sphère de contrôle iranienne étendue toucheraient non seulement les pays de la région, mais également la plupart des pays du monde.

Des milices appuyées par l'Iran ouvrent la voie

L'Iran a mis en place ou a soutenu des milices en Irak, en Syrie et au Liban, afin de mettre en place son plan d'ouverture d'une route vers la Méditerranée, a fait savoir le major général Yahya Mohammed Ali, analyste stratégique et officier à la retraite de l'armée égyptienne.

Ces milices soutenues par l'Iran sont responsables de violences attisant le sectarisme dans ces pays, a-t-il expliqué à Al-Mashareq, ce qui a pour effet d'y renforcer la mainmise du CGRI.

Les milices appuyées par l'Iran contrôlant plusieurs zones dans chacun de ces pays, a-t-il poursuivi, le contrôle réel est entre les mains du régime iranien et du CGRI.

« Il est désormais possible de se déplacer de l'Iran à Beyrouth par la voie terrestre sous la protection de ces groupes », a-t-il déclaré, ajoutant qu'il est« po ssible de transporter des armes et des équipements militaires et de les fournir à ces groupes ».

Une situation qui bouleverse l'équilibre des pouvoirs dans la région, a poursuivi Ali, notant que ces milices « représentent une menace directe à la sécurité de ces pays ».

« L'Iran a profité de la propagation du terrorisme, et sous le prétexte de le combattre, a accru la multiplication d'officiers du CGRI et de groupes qui lui sont affiliés », a expliqué Ali.

Il sera uniquement possible de bloquer la mise en place d'un couloir terrestre de Téhéran à Beyrouth si la coalition internationale réussit à éradiquer la menace que représentent les groupes extrémistes, a-t-il affirmé, car cela empêchera l'Iran d'utiliser ce prétexte pour justifier sa présence.

L'intention de l'Iran de créer un couloir terrestre est particulièrement manifeste dans la partie rurale d'Alep et dans la région de Qalamoun, près de la frontière avec le Liban, a-t-il indiqué.

Combats sur l'axe Irak-Syrie

Récemment, le CGRI et ses milices affiliées en Syrie se sont concentrées sur la prise de contrôle de zones le long de l'axe principal de la voie Irak-Syrie, a déclaré Saleh al-Ufeisi, officier dans l'Armée syrienne libre (ASL) stationné dans la région rurale d'Alep.

« Ce processus est gravement compliqué par la longue frontière entre les deux pays et les nombreux fronts, qui s'étendent du passage frontalier d'al-Waleed/al-Tanf à Badiya, à Daraa et aux abords de la province d'al-Quneitra en Syrie », a-t-il rapporté.

Ces régions sont vitales pour ouvrir complètement la route terrestre et protéger les convois qui l'utilisent de potentielles attaques, a-t-il expliqué à Al-Mashareq.

À ce stade, un effort concerté rapide et décisif de toutes les forces modérées en Syrie est nécessaire pour déjouer le projet iranien, a-t-il affirmé.

Selon al-Ufeisi, les factions syriennes de la partie rurale d'Alep et de la région désertique de Badiya ont commencé à affronter directement des milices multinationales soutenues par le CGRI et constituées de combattants libanais, irakiens, afghans et pakistanais.

« La voie reliant l'Irak à la Syrie et au Liban recherchée par le CGRI sera un lien vital pour lui et ses armes dans la région, car elle permettra la circulation ininterrompue de matériel militaire et d'armements », a-t-il conclu.

AJOUTER UN COMMENTAIRE (Politique Commentaire) * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE

Test
  • COMMENTAIRES DU LECTEUR

    محمود مرغني

    2017-11-7

    Il ne fait aucun doute que tout écrivain ou toute personne pratiquant le journalisme ou l'écriture littéraire doit avoir une approche distinguée qui le distingue d'autres écrivains et hommes de lettres. Lorsque l'auteur de ces mots commence à écrire, il me vient à l'esprit ce que je lisais et regardais depuis longtemps, y compris des œuvres d'art et des écrits de journalistes, des pièces de théâtre et des séries télévisées. J'aime souvent une certaine phrase ou un titre, et j'emprunterais ce titre et l'utiliserais comme un titre pour mon sujet, bien que le contexte puisse être différent. Cette approche incite les lecteurs à découvrir la signification du contenu. Dans le passé, nous avons lu beaucoup de littérature mondiale, comme Agatha Christie, Émile Zola, Antoine Tchekov, Tolstoï, Jean Jacque Rousseau et d'autres. J'ai lu The Orient Express, une histoire policière de l'écrivaine anglaise Agatha Christie, à propos d'un crime qui a eu lieu lors d'un voyage du train qui relie l'ouest de l'Europe à Istanbul. C'est une histoire policière intéressante qui attire l'attention. C'est l'introduction pour laquelle nous avons choisi le titre, l'orient et la vitesse. C'est le statut actuel de notre Moyen-Orient, et de l'Orient arabe en particulier, où les événements sont rapides et successifs comme la vitesse des trains, et même plus vite; ils sont maintenant comparables à la vitesse de la foudre ou à un clin d'œil. Il y a des événements ici et là: des événements au Yémen, en Libye, en Tunisie, en Irak et au Koweït. Chaque événement est conduit et renforcé par quelque chose, et Dieu seul connaît la fin de ces événements. Nous attendons beaucoup de surprises du train d'orient que nous n'avons jamais prévu ou et duquel nous n'avons jamais rêvé. Mahmoud Marghani.

  • محمود مرغني

    2017-10-22

    J'ai besoin de savoir comment vous envoyer des articles et quelles sont les conditions de publication.

  • محمود مرغني

    2017-10-20

    Nous voyons souvent beaucoup de magazines et de journaux dans le kiosques sans que personne ne les regarde. Pourquoi? Parce que ces publications ont perdu leur crédibilité ou parce que ces journaux ou magazines ont été imprimés pour ne pas être lus, mais pour être empilés sur les trottoirs et rester empilés jusqu'à ce qu'ils reviennent d'où ils sont venus sans causer de mal à personne. Pourquoi devraient-ils supporter les frais de l'encre, du papier, des imprimantes et des salaires des travailleurs, des éditeurs et des distributeurs à travers le pays quand ces journaux reviennent finalement à leur origine. Ceux à qui ces mots s'adressent se connaissent. Les gens veulent sentir la liberté de la presse même si pour une courte période dans leur vie. Les générations passées n'ont jamais goûté la liberté de la presse. La liberté ne signifie pas insulter et maudire telle ou telle personne. Si vous le faites, vous serez le perdant et votre ennemi sera le gagnant. La liberté signifie qu'un journal respecte la neutralité et évite d'adopter une certaine position contre une autre. Si c'est le cas, ce ne sera pas un journal mais une publication similaire à celle qui a été rapidement distribuée dans le passé pour que le distributeur ne soit pas arrêté ou puni, ou affiché sur les murs dans l'obscurité pour surprendre les gens le matin. Il y a une différence entre un journal et une publication. Les médias en général ont été marqués par une culture d'attaques et de sous-estimation. Nous trouverions que certains hébergent ceux qui sous-estiment les dirigeants et les réformateurs. Ils attaquent parfois Salah al-Din al-Ayoubi puis Ahmed Orabi. On en trouverait qui surestiment Napoléon Bonaparte de France l'agresseur et son expédition avide pour l'Egypte, et ses attaques des lieux sacrés sans trouver quelqu'un pour leur répondre. Je soupçonne que ce sont des Egyptiens ou même des Arabes. L'historien et journaliste chrétien Georgi Zidan a rendu justice à la civilisation arabe et islamique dans ses écrits. Allons-nous Trouver quelqu'un qui suivra ses traces? Quand Gutenberg inventa l'imprimerie au milieu du XVe siècle, il ne savait pas que son invention apporterait de bonnes et de mauvaises choses pour l'humanité; il pensait qu'elle serait utilisée pour des choses purement bonnes qui éclaireraient les esprits et raffineraient les mœurs.

  • محمود مرغني موسي

    2017-10-17

    J'ai déjà écrit et demandé à la personne qui écrit d'expliquer la cause de l'hostilité de notre part envers l'Iran. L'Iran est-il plus dangereux pour nous qu'Israël? Israël a tué de nombreux Arabes et musulmans dans leurs guerres contre elle pour récupérer des terres et repousser les ennemis. Et maintenant nous venons et prenons des préjugés et devenons hostiles envers l'Iran sans raisons claires.

  • محمود مرغني

    2017-10-3

    On pense que nous sommes le 6 octobre 1973 bien que 44 ans sont passés. Beaucoup de gens ont lutté, et nous ne nions pas que certains ont subi des blessures et certains sont devenus des martyrs, au sujet desquels Dieu dit qu'ils sont vivants et qui sont nourris par leur Seigneur. Les jours sont passés très rapidement. Nous étions au cœur de la bataille et le feu était de tous côtés. L'ennemi effrayé frappait ses joues, déchirait ses vêtements et mettait de la poussière sur la tête à cause du désarroi causé par le désastre qui les a dépassés et que personne ne sait d'où il venait. Leur ancienne chef pleurait et demandait de l'aide; ils étaient confiants que l'Egypte ne ferait pas la guerre et ne serait pas en mesure de libérer ses terres. Au milieu du choc et de la panique des amis méchants qui ne s'attendaient pas à la calamité de ce qui est arrivé à leurs amis, ils se sont précipités pour fournir tous les types d'aide et, par conséquent, la bataille est devenue une bataille inégale. Ce n'était plus un homme contre un autre homme, mais un homme contre une femme qui l'a recherchée pour l'aider dans son agression et sa tyrannie. Il ne fait aucun doute que le reste de l'histoire est connue de tous le peuple de l'Egypte et de toutes les personnes libres du monde. C'est une histoire écrite par l'histoire et ses plans sont enseignés dans les académies militaires internationales. La lutte légitime est reconnue et acceptée par le monde libre, et les droits ne seront pas perdus s'il y a des gens qui sont derrière eux. Félicitations à l'Egypte et à ses braves soldats! La miséricorde de Dieu soit sur les âmes de nos martyrs!

  • احمدعبدالله

    2017-10-3

    L'Iran est un État expansionniste avec des objectifs non déclarés. Cependant, l'objectif connu et clair de cet Etat est de provoquer l'instabilité dans les pays arabes, en particulier dans le Golfe, où son programme vise à soutenir les terroristes sous des prétextes peu convaincants. Il tente également de créer des milices dans le Golfe, comme cela s'est fait au Liban en établissant le soi-disant Hezbollah qui soutient son agenda dans la région au détriment du peuple libanais.

  • حسان بدر

    2017-8-14

    O, cher, vous, l'Arabie Saoudite, Israël et l'Amérique sont à l'origine de toutes les guerres dans la région. Qui vous paie, O, vous qui sont payés?

  • غانم الدوسري

    2017-8-12

    L'Iran menace la stabilité de la région avec ce corridor terrestre de Téhéran à Beyrouth. L'Iran est libre de faire tout ce qu'il veut, exactement comme les pays du Golfe qui ont mené des attaques et des guerres. Ils se préparent encore à des guerres avec d'autres pays, et ils empêchent leurs pèlerins et ferment les routes afin de provoquer des guerres contre eux. Pendant ce temps, il y a des pays sionistes qui leur fournissent des armes et du matériel.

    • محمد

      2017-11-8

      Les Etats-Unis et Israël ont toujours cherché à présenter l'Iran comme une superpuissance du mal afin qu'ils puissent tirer profit politiquement et financièrement des pays arabes. Car, sans l'Iran, aurait-il pu y avoir un tel volume d'argent transféré entre l'Arabie saoudite et les Etats-Unis à travers des marchés d'armes? Ou, peut-être [la raison en est] qu'avec un nouvel ennemi, Israël sera oublié. Cette différence entre les pays musulmans ne fait que conduire au désavantage et à la faiblesse du monde islamique. En tant qu'Iranien, je déteste le régime iranien. Cependant, c'est une erreur de voir l'Iran comme la cause de tous les problèmes de la région. Au lieu de constamment demander à votre père, les Etats-Unis, de faire la guerre contre l'Iran, mettons de côté nos préjugés religieux et ethniques et voyons l'Iran comme un acteur régional.