Le Ramadan encourage des bénévoles à aider les déplacés à Bagdad


Ramzi al-Azzawi distribue de l'aide fournie par différentes personnes aux familles déplacées dans le quartier d'al-Jamia à Bagdad. [Photo fournie par Ramzi al-Azzawi]

Ramzi al-Azzawi distribue de l'aide fournie par différentes personnes aux familles déplacées dans le quartier d'al-Jamia à Bagdad. [Photo fournie par Ramzi al-Azzawi]

  • + AJOUTER UN COMMENTAIRE
  • Imprimer cet article
  • Augmenter Réduire

Pendant le mois sacré du Ramadan, les Irakiens ont voulu aider des familles vivant dans des camps de personnes déplacées, en leur apportant de la nourriture et d'autres formes d'aide, comme des climatiseurs.

Des ravitaillements en nourriture et en aide arrivent tous les jours dans le quartier d'al-Jamia, à l'ouest de Bagdad, fournis par des initiatives bénévoles des habitants.

Le camp accueille 100 familles déplacées principalement de Mossoul, des zones d'al-Baaj et de Zammar et de la province de l'Anbar, ont indiqué des responsables du camp à Diyaruna.

Environ la moitié des familles sont arrivées dans ce camp au début de l'année, après un voyage long et difficile, pendant lequel elles se sont déplacées d'une région à une autre avant de s'installer à Bagdad, a-t-il précisé.

Depuis l'ouverture du camp en avril 2015, ses habitants ont reçu une « aide considérable » des habitants de Bagdad et d'autres provinces, a ajouté al-Azzawi.

La majorité de l'aide est fournie par des particuliers

« La majorité de l'aide arrivant à notre camp est le fait de particuliers », a déclaré al-Azzawi. « Les gens donnent ce qu'ils ont de mieux, et lorsqu'ils entendent parler de l'arrivée de nouveaux déplacés internes (DI), ils se précipitent à leur secours. »

« À l'occasions de fêtes publiques et religieuses, la quantité d'aide double, image de notre solidarité nationale », a-t-il poursuivi.

La cuisine du camp fournit des repas chauds tous les jours, a fait savoir al-Azzawi, « et distribue actuellement des petits-déjeuners en masse pour le mois de Ramadan ».

« Les habitants nous fournissent de la nourriture tous les jours, et nous cuisinons pour les familles déplacées », a-t-il expliqué.

« Les gens des provinces du sud sacrifient tout pour aider leurs frères déplacés des provinces du nord et de l'ouest du pays », a-t-il rapporté.

Al-Azzawi a raconté avoir passé un appel au début de l'été sur les chaînes de télévision locales, demandant aux gens de donner aux habitants du camp des climatiseurs pour qu'ils puissent supporter la chaleur et alléger le fardeau du jeûne.

« Quelques jours plus tard, un homme de la ville de Najaf m'a appelé pour fournir au camp quarante unités de climatisation », a-t-il ajouté.

Le camp a également reçu des stocks de carburant d'autres donateurs pour alimenter les générateurs électriques et fournir de l'électricité en continu pendant le Ramadan.

L'aide dépasse les appartenances religieuses

La population fournit de l'aide aux familles déplacées pendant toute l'année, a affirmé Hameed Hammad, habitant de l'Anbar déplacé de 50 ans qui vit avec sa famille dans le camp d'al-Jamia depuis environ deux ans.

« Mais pendant le Ramadan, cette aide s'intensifie, car c'est le mois de la générosité, de la charité et de la compassion entre tous les individus, quelle que soit leur religion, leur secte et leur origine ethnique », a-t-il indiqué à Diyaruna.

Lorsque sa famille et lui sont arrivés dans le camp, ils venaient de connaître un voyage difficile, a raconté Hammad, ajoutant que « depuis notre arrivée, de l'aide nous a été offerte de toutes les directions ».

« Cette camaraderie a grandement soulagé nos souffrances. »

« Nous sommes sunnites et la plupart de l'aide en nature et de la nourriture que nous recevons vient de chiites vivant dans des zones comme Sadr City et les provinces de Najaf et Kerbala », a-t-il précisé. « Ces initiatives montrent notre unité et notre amour les uns pour les autres. »

L'aide inclut aussi les familles non musulmanes

Le soutien populaire inclut aussi les familles non musulmanes, des familles de Bagdad apportant de l'aide à des chrétiens déplacés, a fait savoir le révérend Martin Harmaz Daoud, directeur du camp de la Vierge Marie à Zayouna.

« Les gens continuent d'arriver ici de toute la capitale pour demander comment vont les habitants du camp et pour leur donner de la nourriture et des vêtements et leur apporter un soutien moral », a-t-il rapporté à Diyaruna.

« Pendant le Ramadan, le mois de mouharram, et les fêtes religieuses de nos frères musulmans, la fréquence des visites et de l'aide augmente », a-t-il déclaré, notant que 142 familles chrétiennes vivent dans le camp, la plupart déplacées de la plaine de Ninive.

« Nous les Irakiens formons un unique peuple, et nous nous aidons les uns les autres », a expliqué Hassan Mohammed, natif d'al-Doura âgé de 45 ans ayant aidé à distribuer la nourriture aux familles déplacées de sa région.

« Aider notre peuple déplacé est un devoir national », a-t-il affirmé à Diyaruna. « Le Ramadan nous rapproche d'eux et nous donne de la force pour les aider. »

AJOUTER UN COMMENTAIRE (Politique Commentaire) * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE

Test