En difficulté, le Hezbollah en appelle aux dons pour équiper ses combattants en Syrie


À Beyrouth, une bannière du Hezbollah sur la route vers l'aéroport international Rafiq Hariri appelle ses partisans à donner à ses combattants. [Nohad Topalian/Al-Mashareq]

À Beyrouth, une bannière du Hezbollah sur la route vers l'aéroport international Rafiq Hariri appelle ses partisans à donner à ses combattants. [Nohad Topalian/Al-Mashareq]

  • COMMENTAIRE

    1

  • Imprimer cet article
  • Augmenter Réduire

Mis à mal financièrement par des sanctions internationales et sa participation prolongée à la guerre syrienne, le Hezbollah demande des fonds pour équiper ses combattants.

En février, l'Organisation de soutien à la résistance islamique (OSRI), affiliée au Hezbollah, a lancé une campagne appelant les membres du parti et ses sympathisants à « Équiper un moudjahid ».

L'OSRI a déployé sa campagne sur les réseaux sociaux sous le slogan « Équiper un moudjahid », et a fait circuler une vidéo dans laquelle l'ancien du parti Cheikh Najib Saleh exhorte les partisans et les sympathisants à donner.

Elle a aussi récemment accroché de grandes bannières dans les quartiers sud de Beyrouth et dans les zones d'influence du parti, montrant un combattant mal équipé avec les mots « L'argent du djihad est un devoir – projet Équiper un moudjahid ».

Dans un article du 5 juin, le journal An-Nahar a cité un responsable de l'OSRI qui déclarait que « chaque moudjahid sur les fronts de l'honneur et de la dignité a besoin d'être équipé de vêtements et de matériel ».

Le coût donné pour l'équipement d'un combattant est de 1 000 $.

Problèmes financiers pour le parti

Cette campagne cherche à appeler la base du Hezbollah, et surtout les personnes aisées, à donner de l'argent et du matériel militaire aux moudjahidines sans réserve, a déclaré Nissrine Merheb, qui couvre le Hezbollah pour Al-Janoubia.

« La campagne vise également à payer les salaires des combattants, à les armer et à leur fournir ce dont ils ont besoin pour combattre en Syrie », a-t-elle expliqué à Al-Mashareq.

Elle constitue une réponse aux déclarations répétées du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, selon lesquelles « l'argent du djihad est un devoir ».

Dans un discours prononcé il y a cinq mois, Nasrallah avait admis que « les moyens du parti ne sont pas suffisants », a rapporté l'analyste et politologue Luqman Salim.

C'était un aveu direct que les fonds dont dispose le parti ne couvrent pas les besoins de ses combattants, a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

Le fait que la campagne se poursuive « est un aveu des problèmes financiers auxquels le parti est confronté, du coût élevé de ses guerres à l'étranger, et de son besoin d'argent », a-t-il expliqué.

Suspension des programmes du parti

« L'intention du projet "Équiper un moudjahid" est de [voir les sympathisants] donner de l'argent et du matériel », a indiqué à Al-Mashareq Abbas al-Jawhari, directeur du Centre arabe de dialogue et d'études.

Aujourd'hui, le Hezbollah déforme les textes de l'islam pour inciter, équiper et envahir, a-t-il ajouté.

Avec ces outils, a poursuivi al-Jawahari, « le parti cherche à attirer le soutien du public et des masses en faveur de ses idées, et à récolter de l'argent auprès des donateurs ».

Les difficultés financières du Hezbollah sont évidentes, avec la suspension de ses programmes sociaux et le retard de paiement de ses bénéficiaires, dont les factures médicales, a-t-il précisé.

« La milice crée des slogans pour solliciter une aide, aussi petite soit-elle, en raison de son besoin d'argent par suite de la baisse de soutien », a-t-il conclu.

AJOUTER UN COMMENTAIRE (Politique Commentaire) * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE

Test
  • COMMENTAIRES DU LECTEUR

    مسرور

    2017-6-20

    Le moyen de subsistance halal est une bénédiction et les moyens de subsistance interdits disparaîtront comme un mirage. Le Hezbollah, si Dieu le veut, disparaîtra parce que sa guerre est fausse et parce que tuer les Syriens est une malédiction qui les hantera jusqu'au jour du jugement dernier.