Une nouvelle alliance tribale s'engage à chasser Daech du Sinaï


Des tribus du Sinaï ont constitué une force commune pour aider l'armée égyptienne dans sa lutte contre Wilayat Sinaï, groupe affilié à « l'État islamique ». [Photo fournie par l'Union tribale du Sinaï]

Des tribus du Sinaï ont constitué une force commune pour aider l'armée égyptienne dans sa lutte contre Wilayat Sinaï, groupe affilié à « l'État islamique ». [Photo fournie par l'Union tribale du Sinaï]

  • COMMENTAIRE

    1

  • Imprimer cet article
  • Augmenter Réduire

L'Union tribale du Sinaï récemment créée s'est engagée à aider les forces égyptiennes dans leur guerre contre Wilayat Sinaï, groupe affilié à « l'État islamique » (Daech).

En se coordonnant avec les forces de sécurité, les factions tribales ont commencé à bloquer des passages dans le désert et les montagnes pour couper le ravitaillement du groupe en argent, armes et combattants, ont indiqué des membres de tribus à Al-Mashareq.

« Les affrontements entre les tribus du Sinaï et les groupes terroristes ne sont pas nouveaux », a déclaré Cheikh Musa al-Dalh, un des anciens de la tribu al-Tarabin. « Plusieurs régions du Sinaï ont connu de nombreux combats entre des membres de tribus et des terroristes. »

« Cependant, notre action prend cette fois-ci un aspect différent, car les terroristes ont dépassé les bornes avec leurs attaques contre des habitants du Sinaï et ont forcé les tribus à se défendre elles-mêmes », a-t-il précisé pour Al-Mashareq.

Les membres des tribus mènent des opérations militaires en coopérant pleinement avec les forces armées égyptiennes, a-t-il fait savoir, selon un plan consistant à protéger les zones habitées et à chasser et arrêter les éléments terroristes.

« Beaucoup de terroristes ont été arrêtés et remis à l'armée depuis fin avril », a-t-il rapporté, ainsi que des documents trouvés en leur possession, qui révèlent leurs contacts locaux et leurs transactions financières.

Toutes les armes saisies ont été remises à l'armée, y compris de grandes quantités de mines et d'explosifs qui avaient été posés dans les zones désertiques pour bloquer la progression des forces de sécurité et prendre pour cibles les civils, a-t-il ajouté.

Les tribus constituent un front uni

Les batailles en cours entre Daech et les tribus ont commencé le 28 avril, lorsque le groupe a bombardé une voiture transportant des membres de la tribu al-Tarabin, tuant ou blessant ses passagers.

« La tribu al-Tarabin a répondu en déclarant une guerre ouverte contre le groupe », a indiqué à Al-Mashareq Tamer al-Tarabini, membre de la tribu.

Les tribus principales de l'Union tribale du Sinaï, al-Tarabin, al-Kharafin, al-Huweitat, al-Tayaha, al-Rmeilat et Sawarka, ont formé des unités de combat, a-t-il précisé.

Ces unités, équipées d'armes et de véhicules tout-terrains, ont juré de protéger les zones résidentielles et de bloquer les passages dans le désert et les montagnes que seuls les habitants de la région connaissent, a rapporté al-Tarabini.

Daech est bien conscient de la situation désespérée à laquelle il est confronté après des défaites successives causées par les opérations de l'armée égyptienne, a-t-il expliqué.

En signe de désespoir, a-t-il poursuivi, le groupe a publié le 5 mai un message audio par le biais de sa branche médiatique, Amaq, « dans lequel il appelait les membres de tribus, en particulier ceux d'al-Tarabin, à accepter une trêve et une réconciliation ».

Cet appel a eu pour réponse un rejet catégorique, a déclaré al-Tarabini, ainsi qu'un appel « total » aux armes de la part des tribus.

Les tribus ont accepté de former un groupe pour communiquer avec les forces égyptiennes et signaler l'activité de Daech et tout incident en lien avec le groupe, a-t-il ajouté.

Passages bloqués, repaires brûlés

« L'action entreprise par les membres des tribus est très importante dans la guerre en cours au Sinaï », a affirmé le général de brigade Jawdat Ashraf, de la police égyptienne.

« Elle empêchera le groupe de continuer à jouir de financement, d'armes ou de combattants, car tous les passages connus et secrets seront bloqués et gardés par des hommes armés », a-t-il indiqué à Al-Mashareq.

Les affrontements entre Daech et les tribus ont été confinés aux zones au sud de Rafah, principalement à al-Mahdiya, Naga Shabana, Ajra et Sayalat al-Bawati, a-t-il fait savoir.

Les membres de tribus ont obtenu des résultats tangibles le 3 mai avec l'arrestation d'un important chef de Daech, Asaad al-Ammarin, combattant étranger chargé du financement et du recrutement, et des dix éléments qui se trouvaient avec lui, a rapporté Ashraf.

Tous ont été immédiatement remis aux forces égyptiennes, a-t-il annoncé.

Des patrouilles tribales cherchent et mettent le feu aux repaires que le groupe utilise dans le désert, a indiqué Ashraf, afin de s'assurer que les éléments du groupe n'y retournent pas.

AJOUTER UN COMMENTAIRE (Politique Commentaire) * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE

Test
  • COMMENTAIRES DU LECTEUR

    سامح يوسف عبدالعال

    2017-5-29

    Les armes des tribus doivent être confisquées. Leur rôle ne doit n'avoir qu'un caractère directif ; Nous sommes dans un état fort avec une armée forte et dominante.