Yémen : le travail reprend à Shabwa après Al-Qaïda


Des combattants fidèles au président yéménite Abd Rabbou Mansour Hadi dans un pick-up, le 21 décembre 2015, à Ataq, capitale de la province de Shabwa. [Saleh al-Obeïdi/AFP]

Des combattants fidèles au président yéménite Abd Rabbou Mansour Hadi dans un pick-up, le 21 décembre 2015, à Ataq, capitale de la province de Shabwa. [Saleh al-Obeïdi/AFP]

  • + COMMENTAIRE MAINTENANT
  • Imprimer cet article
  • Augmenter Réduire

Les projets de développement qui s'étaient interrompus dans la province yéménite de Shabwa sont graduellement réactivés suite à l'élimination des activistes d'Al-Qaïda dans cette région, expliquent des responsables locaux à Al-Mashareq.

Début décembre, les forces yéménites ont chassé Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) du port de Bilhaf.

Ces forces militaires, comprenant des soldats d'élite d'Hadramaout venus de la province voisine, ont ensuite été déployés autour du port de la province de Shabwa pour défendre l'installation.

La province de Shabwa « a été libérée de la mainmise du groupe terroriste Al-Qaïda », a déclaré à Al-Mashareq le gouverneur adjoint de Shabwa, Nasser al-Qamishi.

« Le port de Balhaf était la dernière zone sous contrôle d'Al-Qaïda après sa retraite d'Azzan, dans le directorat de Mayfaa, en août à cause des gains de l'armée contre le groupe à al-Moukalla et Abyan », a-t-il indiqué.

Depuis, a-t-il poursuivi, le gouvernement de Shabwa ouvre pour restaurer la sécurité, et a désormais sécurisé les districts côtiers de la province, y compris Balhaf.

La côte qui relie Hadramaout aux provinces de Shabwa et d'Abyan a aussi été sécurisée jusqu'à Aden, a-t-il précisé.

Al-Qaïda a eu un impact négatif sur les zones qu'il contrôlait, a affirmé al-Qamishi, notant que plusieurs projets de développement ont échoué dans le directorat de Mayfaa lorsque le groupe était à la tête de cette région d'Azzan.

Cela « a doublé les souffrances des personnes en raison des pénuries de services et de l'oppression et de la limitation des libertés publiques et privées », a-t-il indiqué.

L'autorité locale reprend le travail

« Nous disposons d'un plan de sécurité pour remplir le vide laissé dans les zones libérées d'Al-Qaïda et pour permettre à l'autorité locale de reprendre le travail », a déclaré al-Qamishi, notant que la situation de sécurité à Balhaf avait été stabilisée.

Le directorat accueille le projet de gaz liquide, le plus grand projet industriel du Yémen, qui a repris les opérations après qu'Al-Qaïda ait été chassé de la zone, a-t-il indiqué, ajoutant que le groupe faisait passer des armes illégalement à cet endroit.

« Des travaux sont en cours pour implémenter des mesures de sécurité dans d'autres régions où Al-Qaïda avait le contrôle, dans le directorat de Mayfaa, à Azzan et dans d'autres régions », a-t-il précisé.

Les habitants de Balhaf, Azzan et d'autres régions le long de la côte sud ont souffert sous Al-Qaïda, a indiqué al-Qamishi, et se sont réjouis lorsque ces zones ont été libérées.

« Nous avons vu la joie des résidents lorsque Al-Qaïda a été vaincu et chassé de leurs régions », a-t-il déclaré, ajoutant qu'ils ont appelé l'autorité locale à s'acquitter de ses devoirs, à maintenir la sécurité et à ramener l'armée.

L'autorité locale le fait dans la mesure de ses moyens, a-t-il précisé, notant que 2017 « sera une année de développement et d'accomplissement de projets, qui se sont arrêtés après qu'Al-Qaïda en ait interrompu les travaux dans ces régions ».

Les directorats du sud de Shabwa, où Al-Qaïda disposait d'une importante présence, ont été les plus touchés, a expliqué al-Qamishi.

« La province de Shabwa se trouve au milieu d'autres provinces fortement sensibles où des membres d'Al-Qaïda sont dispersés », y compris à Hadramaout, Marib, al-Bayda et Abyan, a-t-il poursuivi, et a été prise pour cible car c'est une province productrice de pétrole.

Réactivation des projets de développement

Depuis qu'Al-Qaïda a été chassée, la situation de sécurité a été stable dans le directorat de Mayfaa à Shabwa, a fait savoir le secrétaire général du conseil local de Mayfaa, Yaslam Bajnoub.

« Depuis que les membres d'Al-Qaïda ont quitté Azzan, les projets de développement ont repris, comme la construction d'une route, d'une maternité et d'un hôpital pédiatrique à Azzan », a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

Le conseil local de Mayfaa a rencontré le maire pour discuter de la réactivation des projets de développement dans les domaines de la santé, de l'éducation et d'infrastructure, a-t-il ajouté, ainsi que l'achèvement des projets qui sont en attente depuis 2014.

« Les projets de développement ne peuvent pas être exécutés si la sécurité et la stabilité ne sont pas rétablies, ce qui est en train de se passer après qu'Al-Qaïda ait été chassée d'Azzan et d'autres régions », a-t-il expliqué.

Des éléments d'Al-Qaïda dans certaines parties de Shabwa « ont eu un impact négatif sur le développement et ont fait cesser des projets », a déclaré Ahmed Khamis, de l'autorité locale de Shabwa.

En particulier, a-t-il poursuivi, la saisie de l'installation d'export de gaz liquide de Balhaf par le groupe a mis fin au progrès.

Les revenus de l'installation finançaient les salaires d'enseignants et de personnels de santé dans les directorats traversés par le pipeline de gaz, a-t-il expliqué, notant qu'avec l'arrêt de la production, beaucoup de ces installations avaient dû fermer leurs portes.

« Les directorats où Al-Qaïda n'était pas présent avaient de meilleures chances de voir des projets de développement [ininterrompus] au cours de la période passée », a-t-il conclu.

AJOUTER UN COMMENTAIRE (Politique Commentaire) * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE

Test