Les « lionceaux » de l'EIIL menacent le futur de la région, selon Dar al-Ifta


Image tirée d'une vidéo de l'EIIL de 2015 sur les « Lionceaux du califat ».

Image tirée d'une vidéo de l'EIIL de 2015 sur les « Lionceaux du califat ».

  • COMMENTAIRE

    2

  • Imprimer cet article
  • Augmenter Réduire

L'Observatoire égyptien des fatwas de Dar al-Ifta a publié plusieurs avertissements indiquant la menace que représentent les « Lionceaux du califat » , un programme grâce auquel « l'Etat islamique en Irak et au Levant » forme des enfants au combat.

Dans une série de messages publiés sur internet en août dernier, l'observatoire a mis la lumière sur le recrutement des enfants par l'EIIL pour mener des exécutions et des attentats suicides, déclarant que le groupe visait les jeunes, car ils sont faciles à endoctriner et manipuler.

Dans l'un de ces messages, mettant en lumière les tactiques de recrutement de l'EIIL, l'observatoire note que le groupe utilise même des tournois de football pour encourager les jeunes à rejoindre ses rangs.

« En raison des sévères défaites qui lui ont été infligées par la coalition internationale, l'EIIL manque cruellement de nouvelles recrus pour combler ses fortes pertes », a déclaré le général de division Abdoul Karim Ahmed, analyste militaire et officier à la retraite de l'armée égyptienne.

Pour cette raison, a-t-il expliqué à Al-Mashareq, le groupe a cherché à renforcer ses rangs en exploitant des femmes et des enfants.

« En ce qui concerne les enfants, le fait de les montrer dans beaucoup de vidéos de l'EIIL dans lesquelles ils perpètrent des exécutions et des attentats suicides a un but de promotion lié au recrutement », a-t-il affirmé.

À travers l'utilisation de telles vidéos, l'EIIL cherche à persuader des enfants de rejoindre le groupe comme combattants en leur envoyant le message que « les enfants font des choses d'adultes », a-t-il indiqué.

Ces vidéos cherchent également à affaiblir le moral des factions combattant l'EIIL en suggérant que des enfants soldats réussissent à tuer leurs hommes, a-t-il déclaré.

Il existe de nombreux camps d'entraînement des « Lionceaux du Califat » dans des zones de Syrie et d'Irak contrôlées par l'EIIL, a indiqué Ahmed.

Un nombre significatif d'enfants de combattants de l'EIIL participent dans à ces camps, a-t-il ajouté, indiquant que les entraîner à devenir des guerriers ne demandait pas beaucoup d'efforts en raison de l'environnement dans lequel ils ont grandi.

Le recrutement d'enfants par l'EIIL n'est pas nouveau, a-t-il déclaré. En août 2014, peu après la création du groupe, le Comité syrien des Droits de l'Homme a signalé que le groupe avait intégré 800 enfants âgés de moins de 18 ans dans ses rangs en Syrie.

« En présumant que ce chiffre est réel et précis, leurs nombres [doivent] avoir été multipliés au cours des deux années suivantes », a affirmé Ahmed.

En septembre, l'Observatoire syrien des Droits de l'Homme a rapporté que 1 100 enfants avaient été recrutés comme combattants entre janvier et août 2015.

Envoyer des enfants au suicide

« Le choix qu'a fait l'EIIL d'envoyer des enfants mener des attentats suicides peut être attribué non seulement au manque de [combattants], mais aussi au fait que les enfants peuvent se déplacer facilement et sans attirer l'attention », a expliqué Mazen Zaki, directeur du département médiatique du Centre des études et de la recherche sur le terrain Ibn al-Waleed en Égypte.

Les enfants n'éveillent pas les soupçons comme le font les hommes adultes, a-t-il confié à Diyaruna, ce qui leur permet souvent de contourner les mesures de sécurité.

L'EIIL confiait jusqu'à présent des tâches moins importantes aux « lionceaux », comme la surveillance, la transmission d'informations, le transport de munitions, le remplissage de chargeurs de cartouches, et d'autres tâches de soutien logistique et de sécurité.

L'augmentation de l'utilisation dans « les exécutions et les attentats suicides constitue une menace très sérieuse », a-t-il poursuivi.

L'EIIL a utilisé des enfants kamikazes pour cibler « des événements familiaux, comme des mariages, des cérémonies et des fêtes de famille, où beaucoup d'enfants sont présents », a déclaré Zaki.

Cela a été le cas avec l'attentat à la bombe dans une salle de mariage à Gaziantep , en Turquie, où un mariage kurde avait lieu, a-t-il relaté, et un attentat similaire le 3 octobre lors d'un mariage kurde dans la ville syrienne d'al-Hasakeh .

Lors d'un incident non lié, les forces irakiennes ont appréhendé un enfant en août dans la ville de Kirkouk avant qu'il ne réussisse à se faire sauter , a-t-il rapporté.

Une unité militaire composée d'enfants

L'EIIL a déployé une « unité militaire composée d'enfants » dans ses batailles, a indiqué Zaki, comme cela a été le cas dans la ville syrienne de Kobani, « où plus de 30 cadavres d'enfants soldats ont été trouvés ».

Ceci montre la stratégie d'utilisation d'enfants pour des opérations militaires par le groupe, a-t-il conclu.

Les avertissements de Dar al-Ifta sur les menaces que représentent les Lionceaux du califat et le recrutement d'enfants en général par le groupe sont inquiétants pour le futur de la région, a déclaré Bassima Housni, professeur de sociologie à l'université du Caire.

Le cerveau d'un enfant absorbe l'idéologie à laquelle il est exposé au point qu'il n'accepte plus aucune nouvelle information, a-t-elle indiqué à Al-Mashareq, ces informations servant d'unique point de référence pour les actions de l'enfant.

« Dar al-Ifta, à travers ses institutions pédagogiques et religieuses, possède une connaissance précise du psyché d'un enfant et comment lui transmettre ses enseignements, et du danger latent des enseignements terroristes », a-t-elle expliqué.

« Ainsi, l'avertissement montre également la difficulté de répondre à ce problème à l'avenir, lorsque ces enfants grandissent, car ils n'ont reçu que l'éducation criminelle du groupe », a-t-elle ajouté.

Housni a souligné l'avertissement publié par Dar al-Ifta à propos « de la recherche d'enfants par le groupe à travers le sport, et le football en particulier ».

L'EIIL « exploite l'amour des enfants pour ce jeu populaire et les attire dans des tournois qu'il organise, ce qui a fait des terrains de football la seconde cible de recrutement après les mosquées », a-t-elle précisé.

AJOUTER UN COMMENTAIRE (Politique Commentaire) * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE

Test
  • COMMENTAIRES DU LECTEUR

    ابو عبد الحمن

    2016-11-13

    Qu'Allah vous récompense pour cet article ! Dans mon pays, l'Arabie saoudite, les voyages de week-end organisés par les centres de mémorisation du Coran sont devenus très courants. La plupart des étudiants rejoignent ces centres en raison de ces voyages. Je pense que ces voyages constituent un danger pour nos jeunes. J'ai déjà abordé ce sujet avec certaines mosquées, disant que les pères y inscrivent leurs fils uniquement pour qu'ils y apprennent le Coran, mais ils n'ont fait que rejeter ce que je disais. Concentrez-vous sur ça, s'il vous plaît. Merci.

  • احمدالشناوي

    2016-11-4

    Ce sont, bien sûr, des propos beaux et scientifiques.