La rencontre du Pape et du Grand Imam constitue un message contre le terrorisme, selon des clercs


Le Pape François s'entretient avec cheikh Ahmed al-Tayeb, le Grand Imam d'Al-Azhar en Egypte, lors d'une réunion tenue le 23 mai au Vatican. [Photo du bureau de presse du Vatican]

Le Pape François s'entretient avec cheikh Ahmed al-Tayeb, le Grand Imam d'Al-Azhar en Egypte, lors d'une réunion tenue le 23 mai au Vatican. [Photo du bureau de presse du Vatican]

  • + AJOUTER UN COMMENTAIRE
  • Imprimer cet article
  • Augmenter Réduire

La récente rencontre entre le Pape et le Grand Imam d'Al-Azhar en Egypte contribuera à corriger le discours religieux déformé qui a conduit à la propagation de l'extrémisme, disent des religieux musulmans et chrétiens à Al-Shorfa.

La visite du 23 mai de Cheikh Ahmed al-Tayeb au Vatican a été la première rencontre entre un souverain pontife et un grand imam depuis qu'Al-Azhar a suspendu les pourparlers en 2011 et reflète l'amélioration des relations entre les deux religions, a rapporté l'AFP.

« Notre rencontre est le message », a dit le Pape François au moment où il accueillait al-Tayeb.

Les deux chefs religieux ont discuté de la paix mondiale, la renonciation à la violence et le terrorisme ainsi que le statut des chrétiens au milieu des tensions au Moyen-Orient.

Ils ont également convenu de convoquer une conférence de paix, a déclaré Al-Azhar dans un communiqué.

" Nous avons besoin de prendre une position commune, main dans la main, pour apporter le bonheur à l'humanité. Les religions divines ont été révélées pour rendre les gens heureux et non de leur causer des difficultés ", a dit al-Tayeb au Pape François, selon le communiqué.

Lutte contre l'idéologie extrémiste

Le Vatican et Al-Azhar ont travaillé sans bruit pendant des mois pour assurer le succès de la réunion, qui a réuni deux des plus grands clercs du monde, a déclaré cheikh Abdoul Thaher Shehata, qui enseigne à la faculté de la Charia à l'Université Al-Azhar.

Le dialogue entre les deux parties a été " interrompu pour une période d'environ cinq ans au cours de laquelle de nombreux groupes terroristes ont émergé ", y compris " l'Etat islamique en Irak et au Levant " (EIIL), a-t-il déclaré à Al-Shorfa.

" L'appel à une conférence de paix interconfessionnelle souligne l'importance de [la tenir] à ce moment où le monde est confronté à la menace du terrorisme et de ses idées extrémistes ", a-t-il dit.

Immédiatement après la réunion, les hauts responsables d'Al-Azhar ont rencontré le cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, pour relancer le dialogue entre Al-Azhar et le Vatican avant la conférence.

Ceci est une indication que les deux parties reconnaissent la gravité de la menace mondiale posée par le terrorisme, dit Shehata, en particulier à la lumière des efforts de l'EIIL de diffuser son idéologie extrémiste dans tous les pays.

L'idéologie de l'EIIL est " basée sur des illusions et des fatwas déformées dont le seul but est de perpétuer son existence ", a-t-il ajouté.

Corriger le discours religieux

Le rapprochement d'Al-Azhar avec le Vatican se croise avec ses efforts visant à apurer le discours religieux de « toutes les imperfections qui l'ont terni ces dernières années », a précisé Shehata.

Les oulémas d'Al-Azhar ont été envoyés en mission dans les capitales du monde " pour diffuser l'islam modéré et corriger l'image sombre [de l'Islam] propagée par des groupes extrémistes comme al-Qaïda et l'EIIL ", a-t-il ajouté.

" Le monde entier avait besoin de cette rencontre historique qui a réuni le Pape et le Grand Imam d'Al-Azhar ", a déclaré le révérend Sameh Iskander de l'église Mar Mina à Gizeh.

La réunion aura un impact énorme sur la lutte contre le terrorisme et contribuera à briser l'image de l'Islam que les groupes terroristes tentent de peindre, a-t-il dit à Al-Shorfa.

Elle rassemblera également les adeptes des deux religions, dit-il.

" Le fossé entre chrétiens et musulmans est le résultat de la diffusion des idées extrémistes et terroristes fondées sur la haine des autres et le rejet de leurs points de vue et de leurs croyances ", a-t-il ajouté.

Iskandar a dit qu'il espère que la réunion va aider les gens à trouver " le meilleur moyen de communiquer, non seulement entre les clercs, mais aussi les jeunes générations, pour combler toute faille dans les relations en vue d'un avenir sans terrorisme ".

L'élimination de l'extrémisme religieux

" Cette rencontre historique aura un impact positif non seulement sur les musulmans et les chrétiens, mais sur le monde entier ", a déclaré Cheikh Rajeh Sabri du ministère égyptien des affaires islamiques et des Wakfs.

La relance du dialogue entre chrétiens et musulmans contrecarrera la haine qui a été répandue dans le monde entier par ceux qui épousent l'idéologie extrémiste, a-t-il déclaré à Al-Shorfa.

Le dialogue aidera à éliminer l'extrémisme religieux des deux côtés, a-t-il ajouté.

La prochaine conférence de paix sera " une grande opportunité pour Al-Azhar pour restaurer la véritable image de l'islam qui est loin de l'extrémisme et du terrorisme diffusée par l'EIIL via sa machine médiatique ", a-t-il dit.

Les médias du monde couvriront la conférence, dit-il, notant que cela " portera un coup idéologique dur au terrorisme, étant donné que la bataille idéologique est la base sous-jacente de la bataille visant à l'éradiquer ".

La réunion d'Al-Tayeb avec le Pape François intervient à la suite de récentes rencontres similaires avec le pape Tawadros II, chef de l'Eglise copte orthodoxe, qui a contribué à désamorcer les tensions sectaires dans la rue égyptienne, a dit Sabri.

Al-Azhar est pleinement conscient de l'importance de l'ouverture sur les autres, dit-il, et exerce tous les efforts pour désamorcer les tensions provoquées par des groupes tels que l'EIIL.

AJOUTER UN COMMENTAIRE (Politique Commentaire) * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE

Test